Soutien à la formation des sapeurs pompiers FACA

Il s’agit de la 3e édition de cette prestation des pompiers militaires français au profit de leurs frères d’arme centrafricains, deux sections ayant déjà reçu cette instruction spécialisée auparavant.

Celle-ci dure quatre semaines et comporte
-  un module de secourisme d’une durée d’une semaine,
-  un module de lutte contre l’incendie d’une durée de deux semaines,
-  un module de secours routier d’une durée d’une semaine.

A l’issue de ce stage, le cursus de formation comprend 3 stages successifs, que suivent les sapeurs sélectionnés au fur et à mesure selon des critères professionnels sévères, et également assurés par le groupe des sapeurs-pompiers français de M’Poko.
-  un stage de chef d’équipe incendie d’une durée de deux semaines,
-  un stage de chefs d’agrès d’une durée de 8 semaines,
-  un stage de chef de groupe d’une durée de 8 semaines.

Les stagiaires sont des sapeurs-pompiers militaires servant à la caserne construite avec l’aide de la France et aujourd’hui équipée de véhicules d’intervention fournis par l’armée française, par l’ONG Pompiers Humanitaires Français basée à Saint Etienne (département de la Loire), et récemment par la Chine qui renforce ainsi la capacité d’intervention du bataillon.

Durant ce stage studieux, les sapeurs-pompiers centrafricains et leurs confrères français ont partagé des moments de convivialité et de camaraderie, et échangé sur les différentes configurations possibles, si bien que les instructeurs français ont beaucoup appris des stagiaires centrafricains au sujet des particularités des interventions à Bangui et ses environs.

Il faut noter que pendant ces quatre semaines, les soldats du feu centrafricains ont été appelés en situation réelle à trois reprises contre des incendies dans la ville de Bangui, dont le marché combattant et les abords du camp de M’Poko.

JPEG

Le groupe de sapeurs-pompiers français de M’Poko sont des soldats professionnels spécialistes de la sécurité civile. Leur mission première est d’assurer la protection contre le camp de M’Poko et de ses abords. Ainsi, ils sont intervenus le 8 aout dernier avec leurs camarades pompiers centrafricains de l’ASECNA et une patrouille de la MINUSCA, accourue immédiatement, sur un feu menaçant la sécurité de l’aéroport de M’Poko et ses installations techniques, permettant à cette petite coalition multinationale spontanée de circonscrire le sinistre avant qu’il ne provoque des dégâts irrémédiables et n’intente à l’intégrité physique de la population.

Le 18 septembre, un feu de brousse s’est déclaré aux environs du camp, aux abords du 8e arrondissement, qui a nécessité le déploiement des mêmes moyens et l’évacuation avec l’aide des soldats français du camp des maraichers et passants se trouvant dans le périmètre encerclé par les flammes. Très rapidement, les camarades pompiers centrafricains sont arrivés en renfort et le sinistre a été plus rapidement circonscrit par une mutualisation des efforts.

Les pompiers français, très attachés à leur lien historique et amical avec les pompiers de Bangui, renforcés par ces expériences réelles en commun, continueront à assurer ses formations à leur profit et à les aider dans leur périlleuse vocation de secours aux populations. Les deux unités portent la même devise : Sauver ou Périr.

JPEG

Dernière modification : 25/09/2018

Haut de page