Réhabilitation des quartiers de Bangui – les ambitions du projet PRESU

La signature de la convention de la deuxième phase du Projet de reconstruction économique et sociale en milieu urbain (PRESU 2) le 23 août 2017 et la venue des Ateliers de Cergy en mission exploratoire en juillet annoncent une véritable réflexion concernant la réhabilitation et le développement de Bangui et de certains quartiers affectés par la crise.

Bangui, expansion spatiale et « identité plurielle »
Bangui doit aujourd’hui faire face à « sa densité démographique » (près de 1,5 millions d’habitants à l’échelle de l’agglomération) et à l’enclavement de quartiers surpeuplés et pauvres. Cela étant, appréhender le « Grand Bangui » et ses lisières suppose d’aborder la question de la pluralité des identités ; c’est ce qui cimente les liens sociaux. Or les flux d’hommes et de biens actuels sont symptomatiques d’une ville qui vit encore à plusieurs vitesses. Avec un fleuve qui fait figure de frontière, le développement de nouvelles zones d’attractivité urbaine pourrait s’avérer fédérateur pour créer un débat, et à terme, une multipolarité équilibrée.

JPEG

PRESU II, dynamiser les activités et services sociaux
Le projet PRESU a ainsi été initialement conçu peu après la dernière crise qu’a connue le pays en expérimentant une approche déclinée en plusieurs phases : la première période de « relèvement » visait à recréer des opportunités dans deux arrondissements clés de la ville. Elle a été mise en œuvre par des acteurs locaux et internationaux et de la société civile. Puis dans un second temps, elle vise le « développement » de ces quartiers et un meilleur accès aux services de bases en s’appuyant notamment sur les institutions : mairies locales et centrale, ministères…

Des entreprises locales vont être retenues pour les chantiers de PRESU 2, comme celui de la réhabilitation du lycée et du marché de Miskine ou de l’avenue Idriss Deby, qui utilisent au moins 30% du budget d’investissement pour financer la main d’œuvre locale et qui privilégient l’utilisation des matériaux locaux. On parle alors de projets HIMO qui signifie à « Haute Intensité de Main d’œuvre ».

JPEG

Les Ateliers de Cergy, une vision prospective
A travers le projet PRESU II, il est proposé de développer une vision partagée des territoires, entre acteurs de la société civile et institutionnels. Le projet offre un appui au Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme en suivi-évaluation et en planification urbaine notamment à travers la venue des Ateliers de Cergy pour une mission envisagée en 2018. Un groupe international de professionnels produira un inventaire illustré d’évolutions possibles pour Bangui en abordant les questions du développement des quartiers sous-intégrés, de l’expansion de la ville et du rôle des ONG dans la reconstruction.

JPEG - 81.4 ko
Première restitution des Ateliers de Cergy Ambassade de France

Dernière modification : 18/09/2017

Haut de page